L’Afrique, encore l’Afrique

La pauvreté c’est en Afrique, oui, mais encore…

Pour plusieurs jeunes québécois, la première prise de conscience de la pauvreté s’est faite par les images de Vision Mondiale. Qui n’a pas été marqué par le ventre énorme d’enfant à la peau sale, seul devant sa hutte, les mouches dans ses narines et ses yeux? Il n’y a pas de distinction à faire, pas de culture particulière, pas d’histoire autre que la pauvreté, pas de pays sauf l’Afrique. Parce que oui, lorsqu’on parle de l’Afrique plusieurs croient qu’il s’agit d’un pays ou du moins d’un continent immensément pareil. Comme si d’un bout à l’autre de l’Afrique, il n’y avait qu’une seule réalité.

L’Afrique n’est pas un pays. Il y a de vastes territoires et les pays du nord et du sud sont aussi différents que peuvent l’être des pays d’Europe ou d’Amérique. Pourrait-on croire que l’Afrique est pauvre si on ne présentait que des images de Gauteng, Kinshasa ou Abidjan[1]? Les gratte-ciels de ces agglomérations énormes ne cadrent pas avec la représentation qu’on se fait de l’Afrique et pourtant c’est aussi la réalité de ce continent. Complexe commerciaux, aéroports internationaux, parcs industriels et zones touristiques, ces villes possèdent tout ce qu’on peut penser retrouver dans les grands centres.

Dans les faits, il ne faut pas se mentir, il y a bien de la pauvreté sur le continent africain et de l’extrême pauvreté (moins de 1,25$ par jour).  Pourtant, au début des années 80, c’est en Asie du Sud-Est où on retrouvait le plus haut taux de pauvreté avec un impressionnant 80% de la population[2].  Ces chiffres sont ressortis d’une étude réalisée par la Banque Mondiale effectuée en 1981. Une seconde étude réalisée en 2008 fait état de changements importants. Avec l’émergence de la Chine, de l’énorme pourcentage de gens pauvres (80%), on est passé à 18% en l’espace de 25 ans[3]!

Si de 1981 à 2005 la pauvreté mondiale a diminué de 52% à 26% de la population, le constat de 2008 est plutôt alarmant pour l’Afrique subsaharienne. En effet, l’Afrique du Nord (le Maghreb) ne vit pas la même situation qu’au sud du désert du Sahara où la population de cette partie du globe n’a peu ou pas profité du recul de la pauvreté, contrairement à l’Asie qui était bonne dernière en terme de revenu par habitant et qui a connu une croissance spectaculaire. En 2008, on observe mondialement que de 1,9 milliard de personnes pauvres, le nombre a baissé à environ 1,3 milliard. Pourquoi alors les pays d’Afrique n’ont pu vivre autant de croissance?

La question est complexe et plusieurs théories se complètent ou se contredisent sur le sujet. Parmi les raisons avancées, la difficulté à augmenter le revenu par habitant réside dans le fait que plusieurs pays d’Afrique sont encore des exportateurs de matières premières et sont souvent victimes de la dégradation des termes de l’échange.  De plus, sur le plan démographique, la population a augmenté de 40 % sur le continent depuis 1990. L’épidémie de sida qui paralyse l’économie de certaines régions laisse des enfants orphelins, apportant parfois moins d’espoir pour l’avenir et un quotidien misérable. Bien qu’il semble y avoir eu peu d’amélioration de 1981 à 2008, la Banque Mondiale présente les chiffres pour 2012 et les nouvelles sont positives. En seulement quelques années, l’Afrique aurait connu une bonne avancée sur le plan économique. La Banque Mondiale rapporte que maintenant moins d’un africain sur deux se retrouve sous le seuil de la pauvreté extrême[4]. Il y a donc une plus grande population et moins de pauvres. Sur la base de données disponibles, la Banque mentionne que « 45 pays sur 84 sont en voie de réaliser l’objectif de réduction de moitié de la pauvreté[5]». Cette légère amélioration permet de croire que les choses vont bon train.

La Banque Mondiale a bien l’intention d’atteindre les objectifs du millénaire en 2015. Pour  rencontrer le premier objectif : «Réduire l’extrême pauvreté et la faim», elle concentre ses énergies en Afrique et fait beaucoup pour  l’agriculture et la sécurité alimentaire. Malgré tout, même si les chiffres sont atteints en 2015, plusieurs craignent que l’aide qui diminuera après cette date et le retrait de groupes travaillant sur des projets de développement ramènent la situation à son point de départ. (lire Les solutions, les échecs)


[1] « Grandes villes d’Afrique», par CENTER BLOG, disponible en ligne à l’adresse suivante: http://villesvillages.centerblog.net/rub-grande-ville-d-afrique.html (dernière consultation le 13 mars 2012).
[2] «La proportion de pauvres dans la population mondiale a diminué de moitié depuis 1981», par Alain Faujas, disponible en ligne à l’adresse suivante: http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/08/27/la-proportion-de-pauvres-dans-la-population-mondiale-a-diminue-de-moitie-depuis-1981_1088308_3234.html (dernière consultation le 13 mars 2012).
[3] Ibid.
[4] «La pauvreté recule nettement dans le monde», par CONTREPOINTS, disponible en ligne à l’adresse suivante: https://www.contrepoints.org/2012/03/06/71946-la-grande-pauvrete-recule-nettement-dans-le-monde (dernière consultation le 14 mars 2012).
[5] «Réduire l’extrême pauvreté et la faim», par BANQUE MONDIALE, disponible en ligne à l’adresse suivante: http://www.banquemondiale.org/odm/pauvrete_faim.html (dernière consultation le 14 mars 2012).

 

Publicités

Une réflexion sur “L’Afrique, encore l’Afrique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s